Les animaux sont partout

Le TDM réfléchit actuellement à la construction de son prochain spectacle, Les animaux sont partout (titre de travail), qui se propose d’explorer les questions animales : place des animaux dans la société, leur représentation dans l’art, quête de l’animalité… Nous cherchons des partenaires de production et de diffusion pour ce projet qui s’articule sur deux saisons : écriture en 2018-19 avec le public au fil d’une série de rendez-vous, création en 2019-20.

Télécharger le dossier

Les animaux sont partout a pour points de départ la Vierge au Lapin du Titien, un pingouin déguisé en renard, une tirade de l’enfant intérieur de Finkielkraut sur des vaches qui dansent et l’envie de contraindre des adolescents à fabriquer leurs propres costumes de blaireaux. Représentations et « présences » animales dans l’art et dans la littérature, place de l’animal dans les sociétés humaines et part irréductible de l’animalité – ou ce vers quoi l’on cherche à descendre, très probablement, en essayant de « faire le lion » : tels sont pour le moment les grands thèmes transversaux du spectacle à venir. Quant à sa forme, elle dépend encore d’une série d’opérations d’alchimie collective qui vont s’élaborer la saison prochaine aux Plateaux Sauvages, au Grand Parquet et au Hublot (Colombes). D’ailleurs le travail a commencé et déjà se dessinent un cross-over art-science, une fable sur le crowdfunding et une histoire d’amour. ?

Tout au long de la saison 18-19, le cycle de rencontres Animalogies sera notre outil pour écrire le contenu du spectacle en présence du public. L’idée est de prolonger le mouvement d’ouverture du processus d’écriture amorcé pendant la dernière création, Le Grand Trou, écrite à partir de rencontres avec des spécialistes de divers sujets (ingénieur en physique nucléaire, philosophe, anthropologue, biologiste…), en conviant cette fois le public à y prendre une part active. On occupera successivement les différents espaces des Plateaux Sauvages pour se poser ensemble des questions de sauvagerie : peut-on se déguiser en vaches pour berner un chien ? Une soirée diapos sur des animaux qui n’existent pas est-elle moins laborieuse qu’une soirée diapos normale ? Un agneau en tofu est-il sacrifiable ? Invités : éleveurs, trappeurs, hypnotiseurs, dératiseurs, éthologues, cryptozoologues, artistes… Après chaque rencontre, la compagnie se réunira pendant quelques jours pour trier et traiter la matière recueillie. Un dispositif qui vise l’émancipation collective des acteurs et des spectateurs en leur conférant, aux uns comme aux autres, une certaine autorité. ?

De et par Benjamin Abitan, Antoine Dusollier, Barthélémy Meridjen, Aurélie Miermont, Samuel Roger, Ondine Trager